Les Deux Magots

Les Deux Magots est un café parisien du quartier de Saint-Germain-des-Prés, dans le 6 e arrondissement.



Catégories :

6e arrondissement de Paris - Restaurant parisien - Restaurant en France - Entreprise française de restauration - Entreprise de restauration par pays - Entreprise de restauration - Café (établissement) - Restaurant par type - Type de restaurant - Restaurant - Simone de Beauvoir

48°51′14.5″N 2°19′59″E / 48.854028, 2.33306

Façade du café Les Deux Magots
Intérieur du café Les Deux Magots

Les Deux Magots est un café parisien du quartier de Saint-Germain-des-Prés, dans le 6e arrondissement.

Origine du nom

Le nom du café «Les Deux Magots» – c'est-à-dire, «deux figurines chinoises» – a comme origine l'enseigne d'un magasin de nouveautés qui occupait jadis le même emplacement, 6, place Saint-Germain-des-Prés.

Histoire

Vers 1885, le magasin de nouveautés laissa la place à un café liquoriste, à la même enseigne. Verlaine, Rimbaud et Mallarmé, entre autres, prirent alors l'habitude de s'y rencontrer. Le Café Les Deux Magots a toujours joué un rôle important dans la vie culturelle de Paris. En 1933, la création du Prix des Deux Magots marque sa vocation littéraire. Fréquenté par de nombreux artistes illustres parmi lesquels Elsa Triolet, André Gide, Jean Giraudoux, Picasso, Fernand Léger, Prévert, Hemingway, Sartre, Simone de Beauvoir, pour ne citer qu'eux, il accueillit les surréalistes sous l'égide d'André Breton, bien avant les existentialistes qui firent les belles nuits des caves du quartier. Actuellement le monde des arts et de la littérature y côtoie aussi celui de la mode et de la politique, mais, à cause du prix particulièrement élevé des boissons et des plats, la clientèle est devenue principalement touristique.

(M) Ce site est alimenté par la station de métro : Saint-Germain-des-Prés.

Au cinéma

En 1973 dans le film Les Aventures de Rabbi Jacob, c'est devant Les Deux Magots que le personnage de Slimane se fait enlever par la police secrète de son pays[1], [2], rappelant l'enlèvement quelques années plus tôt en 1965 de Mehdi Ben Barka devant la brasserie Lipp.

En 1973 aussi, dans le film La Maman et la Putain, c'est à la terrasse des Deux Magots que le personnage d'Alexandre, qui y a ses habitudes, rencontre celui de Veronika[3], [4].

Références

  1. (fr) Aventures de Rabbi Jacob (Les) (1973) , sur L2TC. com.
  2. (en) Filming locations for Aventures de Rabbi Jacob, Les (1973) , sur l'Internet Movie Database.
  3. (en) Phil Powrie, The Cinema of France, Wallflower Press, Londres, 2006, 283 p. (ISBN 1-904764-46-0) présentation en ligne, p.  133 .
  4. (fr) Maman et la putain (La) , sur Autour du 1er mai.

Lien externe

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Deux_Magots.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 18/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu