KFC

KFC, ou PFK au Québec, est une chaîne de restauration rapide américaine basée à Louisville dans le Kentucky. Fondée par le Colonel Sanders au milieu du XX e siècle, elle appartient désormais au groupe Yum! Brands, Inc.



Catégories :

Chaîne de restauration rapide américaine - Chaîne de restauration rapide - Entreprise de restauration - Entreprise fondée en 1952 - Entreprise ayant son siège dans le Kentucky

Logo représentant le Colonel Sanders, fondateur de KFC

Logo de KFC Corporation
Création 1952 (première franchise à Corbin, Kentucky)
Personnages clés Harland David Sanders : fondateur
Roger Eaton : président
Forme juridique Filiale du groupe Yum!
Slogan (s) «That's Finger Lickin'Good!
Place au goût! (Québec)»
Siège social Louisville, Kentucky
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité (s) Restauration rapide
Produit (s) Poulet et cuisine typique du sud des États-Unis
Société mère Yum! Brands, Inc.
Société (s) sœur (s) Pizza Hut, Long John Silver's, Taco Bell, A&W
Effectif 750 000
Site Web www. KFC. com
Principaux concurrents
Bojangles' · Chester's · Chick-fil-A · Church's · El Pollo Loco · Guthrie's · Kenny Rogers Roasters · Pollo Tropical · McDonald's· Pollo Campero · Popeyes · Raising Cane's Chicken Fingers · WingStreet · Zankou Chicken · Zaxby's
Logo de la chaîne au Québec, nommée PFK.

KFC (Kentucky Fried Chicken), ou PFK (Poulet frit à la Kentucky) au Québec, est une chaîne de restauration rapide américaine basée à Louisville dans le Kentucky. Fondée par le Colonel Sanders au milieu du XXe siècle, elle appartient désormais au groupe Yum! Brands, Inc. et est connue surtout pour ses recettes à base de poulet frit. Actuellement présente à travers plus de 14 000 restaurants, dont 79 % sont gérés en franchise, dans 80 pays[1], KFC est la chaîne de restauration rapide de poulet la plus connue au monde. Elle sert chaque jour près de 8 millions de clients dans le monde entier.

Histoire

Article détaillé : Colonel Sanders.
Le premier restaurant KFC localisé au 3900 South State Street à South Salt Lake dans l'Utah

Né à Henryville, dans l'Indiana, Harland Sanders est depuis son plus jeune âge passionné par la cuisine. Après avoir exercé de nombreux métiers pendant sa jeunesse, pour subvenir aux besoins de sa famille, il décide en 1940 de servir ses propres recettes aux clients de la station service qu'il possède à Corbin dans le Kentucky. Fort de son succès, il ouvre un motel-restaurant de l'autre côté de la rue, une affaire florissante qui lui sert à débuter la création d'un réseau de franchises à travers le pays. La construction d'une nouvelle autoroute inter-états à l'emplacement de son affaire quelques années plus tard le contraint à fermer. Ruiné, il part alors sillonner l'Amérique à la recherche d'un restaurant qui accepterait de lui acheter ses poulets. Il forme sa nouvelle société, qu'il appelle Kentucky Fried Chicken sous les conseils de Pete Harman, propriétaire de la toute première franchise vendue par le Colonel. Sa jeune société va par conséquent commencer à croître, jusqu'à compter 600 points de vente à travers l'Amérique[2], mais il s'en sépare en 1964, la vendant pour 2 millions de dollars à un groupe d'investisseurs dirigé par le futur gouverneur du Kentucky, John Y. Brown, Jr[3]. Ce dernier, diplômé de l'université de droit du Kentucky [4], engage Pete Harman ainsi qu'un financier de Nashville, John Jack Massey[5].

Les deux hommes se battent par conséquent par conséquent pour obtenir les droits des franchises mondiales, comme celle anglaise et celle canadienne. Le Colonel est par conséquent relégué essentiellement au rang d'icône publicitaire, chargé de tourner des spots télévisés et d'inaugurer de nouveaux établissements. Brown et Massey s'attèlent à étendre l'enseigne sur tout le territoire américain, implantant des restaurants dans chacun des 50 États. La modification la plus énorme sera sans aucun doute le passage d'un concept de restaurant dine-in, où on est servi à table, à un concept plus ancré dans la restauration rapide : passer la commande et se faire servir à la caisse. Ces transformations furent un véritable succès, tant pour les consommateurs que pour les franchisés.

L'abréviation du nom Kentucky Fried Chicken en KFC a été introduite par la société en 1991[6]. Quoiqu'aucune explication officielle n'ait jamais été apportée, on retient trois hypothèses concernant ce changement. La première serait que la chaîne ne voulait pas être identifiée seulement à son poulet dans la mesure où elle proposait aussi d'autres plats et condiments qu'elle désirait faire connaître. La seconde accuserait la connotation péjorative du mot fried (frit), fréquemment gage de mauvaise qualité. Enfin, la dernière mettrait en cause le simple fait qu'une version raccourcie du nom de la chaîne sonnerait plus jeune. Il y a peu de temps la compagnie a commencé à réintroduire le nom de Kentucky Fried Chicken en le citant dans ses publicités, et l'apposant sur certains de ses produits[7].

Produits

Un menu KFC classique composé d'une boisson, d'une salade au chou blanc et de pièces de poulets préparées selon la recette originale

En plus du poulet frit, KFC propose à son menu des plats d'accompagnement. On peut par exemple commander dans les restaurants américains de la salade de chou blanc à la sauce mayonnaise, de la purée de pomme de terre, des pâtisseries, des épis de maïs, des tourtes, des hamburgers, des travers de porc, des haricots verts, des ailes de poulet, des Poulet Pop-Corn (bouchées de poulet frit servies dans un cornet en carton), des sandwichs et des desserts [8]. La carte de la chaîne n'est par contre pas tant diversifiée dans les autres pays du monde. En France par exemple, KFC ne propose en guise d'accompagnements que du maïs, de la salade tomate mozzarella, des frites, des Fresnos (bâtonnet de piment frit fourré aux herbes), des hamburgers et des desserts[9]. KFC prépare aussi des spécialités exclusives dans certains pays[10] comme c'est le cas avec la poutine au Québec. On peut noter quand même que l'Espagne propose différents accompagnements, peut-être plus proches du modèle américain : de la salade de chou blanc, du riz blanc, des haricots rouges en sauce, mais aussi des frites.

Quelquefois, les innovations d'un pays en matière de menu peuvent être adoptées par les restaurants KFC du monde entier. Ainsi la direction de Singapour introduisit la première le Colonel's Filet en 1988, le Hot & Crispy Chicken en 1990 et le Zinger trois années plus tard[11]. Depuis la fin des années 1990, la compagnie sert le poulet pop-corn, ses bouchées de poulet frit célèbres en Amérique. Elles furent abandonnées suite aux plaintes de clients qui disaient ne manger presque que la peau du poulet, puis réintroduites au début des années 2000. En mai 2006, KFC introduisit aux États-Unis la Famous Bowl, un bol rempli avec de la purée de pomme de terre ou du riz, de la sauce au jus, du maïs, des bouchées de poulet frit et du fromage. Avant de la commercialiser, des études de marché furent préalablement réalisées au restaurant de Louisville à l'automne 2005. En 2007, la chaîne ajouta à sa carte un nouveau hamburger : le Fish Snacker, un sandwich au colin d'Alaska[12].

Aux États-Unis, les produits KFC sont les plats les plus demandés pour le dernier repas des condamnés à mort[13].

La recette secrète

Un service au volant d'un restaurant PFK à Laval, au Québec.

La recette secrète aux 11 herbes et aromates aurait été découverte et développée pendant 9 années par le colonel Sanders dans son restaurant à Corbin. Cette légende est beaucoup utilisée par la marque comme moyen de promotion tout comme pour le mythe de la composition du Coca-Cola. Elle assure en effet qu'il s'agit d'un des secrets les mieux gardés dans le milieu des entreprises et qu'elle est toujours utilisée aujourd'hui dans les restaurants KFC[14]. La feuille sur laquelle est inscrite la recette serait gardée dans un coffre à Louisville et même le président-directeur général du groupe n'en connaîtrait pas l'exact contenu.

Le poulet frit KFC serait cuisiné dans un autocuiseur et non pas dans une friteuse classique, ce qui confèrerait, selon la chaîne, une saveur unique à la viande. Pourtant, l'animateur américain Alton Brown démontra dans son émission intitulée Good Eats que le fait d'utiliser une CocotteMinute ne faisait que diminuer le temps de cuisson du poulet, sans lui apporter aucun goût spécifique. Le colonel Sanders aurait par conséquent selon lui utilisé un autocuiseur uniquement pour servir ses clients plus vite, leur épargnant ainsi les 45 minutes d'attente nécessaires pour faire frire un poulet dans de l'huile bouillante.

En 1985, le journaliste William Poundstone écrivit un ouvrage appelé Big Secrets (Grands Secrets), dans lequel il analyse et révèle la composition de la recette secrète. Poundstone explique qu'il a dû étudier les différents brevets déposés par le Colonel et déposer des annonces dans des journaux étudiants afin d'appeler les employés de KFC à partager leurs connaissances. Il en est arrivé à la conclusion que le poulet de Sanders serait différent car il aurait utilisé une quantité d'huile supérieure à la quantité normale et commencerait à cuire le poulet à 200°C la première minute pour après baisser la température à 120°C jusqu'à la fin de la cuisson. Un laboratoire d'analyse lui révéla aussi que les "11 herbes et aromates" ne seraient en fait que du sucre, de la farine, du sel, du poivre noir, et du glutamate monosodique. Selon le journaliste, il est fort probable que la véritable recette du Colonel ait été modifiée durant les années qui ont suivi la vente de sa société, pour produire le poulet à moindre frais, Sanders lui-même s'étant indigné de la baisse de qualité de son affaire.

Campagnes publicitaires

Le logo géant photographié depuis l'espace.

Les premières publicités pour KFC mettaient le plus souvent en scène le colonel Sanders qui dégustait son poulet tout en parlant de sa recette secrète et de l'authenticité de sa marque. Elles insistaient aussi sur les valeurs familiales et respectant les traditions, invitant les téléspectateurs à tous se retrouver autour du poulet KFC[15].

Après la mort du colonel en 1980, la chaîne fit appel à Will Vinton pour réaliser une série de publicités humoristiques basée sur le principe de l'animation de pâte à modeler. La majorité montrait un poulet stylisé censé représenter la mauvaise qualité des autres marques concurrentes[16]. La marque fut aussi le sponsor de pilotes de Nascar tels que Darrell Waltrip, Neil Bonnett, et Terry Labonte au cours de la NEXTEL Cup.

Elle réitèrera l'opération en 1997 en devenant le sponsor de Rich Bickle, membre de de l'équipe Darrel Waltrip Motorsports, pour le tournoi Brickyard 400.

À la fin des années 1990, une nouvelle version stylisée du colonel Sanders apparut sur les enseignes de la marque. Les publicités commencèrent à mettre en scène une version animée du colonel, doublé par l'acteur américain Randy Quaid. Représenté d'humeur jovial, il chantait, dansait et tapait sur l'écran de télévision, promouvant ses produits auprès des téléspectateurs[17].

Aujourd'hui il est plus rare de voir apparaître ce personnage à la télévision américaine, les réclames pour KFC étant plutôt orientées sur la satisfaction des clients à manger le célèbre poulet. Elles utilisent toutes une reprise de la chanson "Sweet Home Alabama" de Lynyrd Skynyrd.

Un restaurant KFC jumelé avec un Taco Bell

En 2006, KFC créa une gigantesque enseigne publicitaire dans le désert du Nevada, selon leur service publicitaire "la plus grande jamais construite à ce jour" (il s'agirait en réalité d'un logo Readymix réalisé en 1965 dans le désert australien[18]). D'une superficie totale de 8128, 75 m², le nouveau logo de la chaîne est visible depuis l'espace grâce au satellite GeoEye localisé à plus de 250 km d'altitude[19]. Avec 3000 heures de travail, la réalisation consista en particulier à poser côte à côte des carrés peints de 30 cm de côté, comme un gigantesque puzzle. Le tout se chiffre alors ainsi : 6.000 pièces rouges, 14.000 carrés blancs (sur fond blanc), 12.000 jaunes, 5.000 beiges et 28.000 noirs[20]. À quelques kilomètres uniquement du fameux site 51, cette enseigne aux proportions exorbitantes est censée marquer un renouveau de la marque qui prévoit la rénovation de ses 14 000 unités au cours des 5 prochaines années[21]

Le 15 novembre de la même année, la chaîne lança un grand concours appelant à trouver le message caché sur le logo géant pour gagner un hamburger gratuit[22]. Il s'agissait en fait du célèbre slogan Finger Lickin'Good inscrit sur un panneau tenu par un faux Sanders se tenant au niveau de la cravate du colonel géant.

L'enseigne se servit aussi du jeu vidéo pour promouvoir ses produits. Ainsi on pouvait retrouver dans le jeu de Dreamcast Crazy Taxi un restaurant KFC.

Il n'est pas rare de trouver aux États-Unis des établissements KFC couplés avec un ou plusieurs autres restaurants du groupe Yum!. Ils suivent la tendance classique de la restauration rapide, mais proposent aux clients un menu composé de recettes de chaque marque.

KFC dans le monde

Article détaillé : Présence de KFC dans le monde.
Un KFC à Osaka au Japon

À Porto Rico et dans les différentes villes américaines hispanophones, l'enseigne est connue sous le nom de PFK (Pollo Frito Kentucky). Au Maroc où le premier restaurant a vu le jour le 16 août 2001 sur la corniche de Casablanca, le logo de KFC apparait en lettres latines et arabes, KFC est aussi présent à Rabat.

KFC est l'enseigne de restauration rapide occidentale la plus populaire en Chine[23]. À cause de son succès, Yum! Brands décida de lancer East Dawning, une chaine servant des spécialités chinoises dans le même format que le célèbre poulet.

KFC prévoit de s'installer en Algérie en 2009, ouvrant son premier restaurant à Alger, dans le quartier de Hydra.

Au Canada

Un restaurant PFK à Montréal, au Québec.

Dans les provinces francophones du Canada comme le Québec, KFC est connu sous le nom de PFK (Poulet frit à la Kentucky), en conformité avec la Charte de la langue française. Ainsi, dans le film L'Armée des morts (L'aube des morts au Québec) qui est tourné au Canada, mais dont l'action se déroule au Wisconsin, quand les survivants prennent un repas au KFC, on peut lire sur une boisson gazeuse : PFK.

Au Québec, PFK assure n'utiliser que du poulet du Québec. L'entreprise diffuse aussi plusieurs publicités ayant pour but de promouvoir ce fait.

En France

Présent dans l'hexagone depuis 1991, KFC France SAS est dirigé depuis 2003 par Ivan Schofield et réalise en 2007 un chiffre d'affaires de 78, 7 millions d'euros par an[24]. Son siège social est localisé à Nanterre, aux côtés des quartiers généraux des autres marques du groupe Yum!. KFC France emploie plus de 1.800 personnes qui servent près de 20.000 clients par jour. Ses restaurants sont ceux qui exécutent les chiffres d'affaires moyens principaux d'Europe[25].

90% des poulets servis dans les restaurants KFC français proviennent de la Communauté Européenne et 10% du Brésil. Le principal fournisseur de la chaîne est le groupe breton Doux[26]. D'autre part, il existe une incertitude sur le fait que KFC en France ne se fournisse qu'en poulet halal. Selon un article de décembre 2007 dans Capital, KFC France ne se apporterait qu'en poulet halal afin d'attirer la population musulmane[27]. Mais nombre de restaurants de la chaîne n'affichent pas les certifications réglementaires qui devraient y être associées, et de même, le site internet de KFC n'en fait aucune mention, ce qui alimente cette incertitude.

Histoire

C'est en 1991 que KFC ouvre son premier restaurant dans un centre commercial Carrefour de Villiers en Bière [28]. L'année suivante l'enseigne ouvre le premier KFC parisien dans le quartier des Halles et la marque va continuer à se développer en France en ouvrant 5 nouveaux établissements. Mais le groupe PepsiCo, alors propriétaire de la marque, décide de se séparer de sa branche restauration et arrête ainsi l'expansion de l'enseigne en France. En 1997, le spin-off du groupe autorise KFC d'intégrer TRICON qui décide de reprendre son développement sur le territoire français en 1999. En 2001 la marque dispose de son propre réseau en national et investit dans dix nouvelles unités[29]. Les années suivantes, KFC France continuera à se développer surtout sur Paris et la région parisienne. Elle possède actuellement 50 restaurants à travers la France et prévoit 50 nouvelles ouvertures d'ici 2009/2010[30]. 2006 a été une année clé pour KFC, elle marque le début d'un vaste plan de modernisation sur 5 ans de la chaîne qui se lance dans une démarche à long terme d'harmonisation des services proposés dans ses 50 restaurants en France[26]. Le premier établissement à avoir été "remodelé" est celui des Halles, porte-drapeau de la marque dans l'Hexagone.

Évolution de KFC en France[26]
Année 1991 1992 1996 2001 2002 2005 2006 2007 2010 2012
Nombre de restaurants 1 2 7 11 23 36 44 58 100 200

(Estimation)

Marketing

KFC France se place depuis quelques années sur la stratégie du marketing participatif. Elle désire en effet que la promotion de son enseigne passe par les consommateurs et s'attèle ainsi depuis plusieurs années à organiser différentes opérations censées familiariser la population à KFC. C'est pourquoi la chaîne proposait en 2006 au restaurant des Halles aux clients de se prendre en photo afin d'afficher leur portrait au mur du restaurant. Elle distribue aussi régulièrement des coupons de réductions devant les établissements localisés en ville. Enfin elle prévoit de mettre en ligne un site offrant la possibilité aux internautes de choisir une nouvelle décoration pour le Bucket et la musique diffusée dans les établissements français[31].

La marque lança un grand coup marketing en octobre 2006 intitulé "Smash ta faim". En effet elle proposait un concours offrant au gagnant tiré au sort la possibilité de marquer un panier à 3 points lors du match opposant Maccabi Elite Tel-Aviv aux San Antonio Spurs[32]. Si le vainqueur réussissait, la France entière était conviée à venir découvrir gratuitement les produits de la chaîne après avoir imprimé un coupon sur le site de l'opération.

Les franchisés et les franchises célèbres

Le gigantesque Big Chicken à Marietta, Géorgie

L'un des restaurants KFC les plus célèbres se situe à Marietta en Géorgie. Surnommé le Big Chicken , l'établissement est reconnaissable par son enseigne haute de 17m représentant un gros poulet rouge au bec jaune. Ce panneau aux proportions exorbitantes avait été construit à l'origine pour un autre établissement de restauration rapide de poulet appelé Johnny Reb's Chick, Chuck and Shake et fut longtemps utilisé comme repère géographique par les pilotes et les habitants de la région.

Le premier à avoir acquis la franchise KFC fut Pete Harman, un restaurateur que le Colonel Sanders avait rencontré quelques mois plus tôt lors d'un congrès de cuisiniers. Le riche entrepreneur bâtit avec Sanders une stratégie de franchising et inventa le célèbre slogan «Finger Lickin'Good». Son établissement, localisé à South Salt Lake dans l'Utah, est actuellement réhabilité en un restaurant de la chaîne mais conserve son enseigne Harman Cafe.

Dave Thomas, le fondateur des restaurants Wendy's, posséda plusieurs restaurants KFC avant de lancer sa propre chaîne de restauration rapide. Il rétablit quatre unités en crise, les transformant en restaurants à succès et rapporta ainsi plusieurs millions de dollars à l'entreprise[33]. Il inventa le Bucket tournant, jadis présent sur les façades de l'ensemble des établissements KFC et obtint que l'ensemble des pièces de poulets soient vendues dans des Bucket en papier pour diminuer les dépenses de la chaîne.

Critiques

Grévistes néozélandais devant le KFC de Auckland
Groupe de manifestants appelant au boycott de la chaîne à Royal Oalk dans le Michigan

Élevage et abattage non-éthique des volaillles

En 2003, la PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) nomma au boycott de l'enseigne, l'accusant de ne pas avoir respecté ses engagements relatifs à le perfectionnement des conditions de vie des poulets utilisés dans les restaurants. KFC répliqua que la volaille acquise provenait de producteurs régulièrement contrôlés et qu'ils n'agissaient en rien à l'encontre des droits des animaux[34]. L'organisation affirma que les propos tenus par la chaîne étaient erronés et maintint ses accusations. De nombreuses célébrités répondirent à l'appel de la Peta, comme l'actrice Pamela Anderson qui se trouva au centre d'une campagne d'affichage de l'association en septembre 2004[35], Richard Pryor, Elizabeth Berkley, Paul Wall, Ringo Starr, Tyra Banks, Dick Gregory, Will Smith, Jenna Jameson, Peter Jackson, Phil Collins et Bea Arthur.

Pour rallier le grand public à sa cause, l'association ouvrit un site Internet, KFCCruelly. com, et se créa une mascotte, transformant le Colonel Sanders animé des années 1980 (voir plus haut) en un boucher sanguinaire égorgeur de poulets. Ce site montre les conditions dans lesquelles les poulets sont élevés, entassés dans de grands hangars, ensuite grossis artificiellement avec médicaments, pour finalement s'y retrouver avec les pattes et les ailes brisées (conséquences de l'obésité de l'animal et de la manière dont il est traité par les employés)... Par la suite, lors de l'importation à l'abattoir, l'animal est égorgé et toujours conscient, est plongé dans de l'eau bouillante. De plus, les employés de l'élevage du groupe KFC coupe le bec des poussins dès leur naissance, ce qui cause quelquefois la mort de ces derniers.

En 2008, le chanteur Moby, qui est végétarien, publie sur son album "Last Night" la chanson "Disco Lies" où il critique à travers le clip, la chaîne KFC.

Traitement abusif des employés

Comme quasiment l'ensemble des grandes chaînes de restauration rapide, KFC emploie une forte proportion de jeunes non qualifiés, payés pour la majorité au salaire minimum. Les vendeurs néozélandais œuvrant au KFC de Balmoral dans la région de Auckland, payés 13, 7 NZ (soit à peu près 4 euros) de l'heure, se mirent en grève contre Restaurant Brands, le propriétaire de la franchise KFC en Nouvelle-Zélande, le 3 décembre 2005. Les jeunes employés accusaient la société de ne prévoir aucune augmentation salariale dans la renégociation des contrats pour l'année à venir. Au mois de mars 2006, Restaurant Brands s'accorda sur l'abandon des taxes imposées à ses vendeurs mais ne définit aucune date pour fixer le taux d'élévation des salaires.

Conditions sanitaires

Le 26 février 2007, un KFC-Taco Bell de Greenwich Village[36] fut fermé par l'inspection sanitaire de la ville de New York suite à l'invasion de l'établissement par une colonie de rats[37]. Une vidéo avait déjà été réalisée trois jours plutôt, montrant une douzaine d'entre eux traversant le restaurant, montant sur les chaises et les réhausseurs pour bébés[38].


Notes et références

  1. Site officiel français de KFC, Aux origines de KFC, (page consultée le 5 avril 2007), <http ://www. kfc. fr/decouverte/index. php?rub=22&page=origines>
  2. Franchise Commerce, KFC, (page consultée le 23 juin 2007), <http ://www. franchise-commerce. fr/reseau-franchise. php?id_reseau=54#contact>
  3. AJS Associates History of KFC, Significant events in the history of KFC, (page consultée le 13 octobre 2007), <http ://www. ajskfc. com/history. html>
  4. NNDB, <http ://www. nndb. com/people/517/000120157>
  5. History for Kids, Jack Massey, (page consultée le 13 octobre 2007), <http ://tnhistoryforkids. org/people/jack_massey>
  6. Peter O. Keegan «KFC shuns'fried'image with new name - Kentucky Fried Chicken has changed its name to KFC - company profile», dans Nation's Restaurant News, 25 février 1991, [lire en ligne]
  7. TV. com, Col Sanders dresses down, 16 novembre 2006 (page consultée le 5 juillet 2007) <http ://www. tv. com/tracking/viewer. html?sls_id=2292&ref_type=104&ref_id=228759&tag=updates;title;0>
  8. Site américain de KFC, Sides, (page consultée le 6 avril 2007), <http ://www. kfc. com/menu/sides. asp>
  9. Site officiel de KFC, KFC à la carte, (page consultée le 6 avril 2007), <http ://www. kfc. fr/carte/index_acc. php?rub=23&page=accompagnement>
  10. Laure Belot et François Bostnavaron, «La France est le pays européen le plus prometteur», dans Observatoire de la Franchise, 20 octobre 2004 [lire en ligne]
  11. Site de KFC à Singapour, Take a trip down KFC's memory lane, page consultée le 7 avril 2007), <http ://www. kfc. com. sg/abtkfc/history. asp>
  12. Site officiel de KFC, KFC Snacker, (page consultée le 9 juillet 2007) <http ://www. kfc. com/menu/sandwiches_snacker. asp>
  13. Dead Man Eating <http ://deadmaneating. com>
  14. Site officiel de KFC France, KFC, un talent unique, (page consultée le 7 avril 2007), <http ://www. kfc. fr/decouverte/index. php?rub=22&page=origines>
  15. KFC - Why Cook ? Exemple de spot télévisé des années 1970 avec le Colonel
  16. KFC - Claymation Chicken Exemple de publicité des années 1980 avec le poulet en pâte à modeler
  17. Exemple de campagne publicitaire avec le Colonel animé
  18. Le logo Readymix vu depuis l'espace
  19. PCinpact. com, La marque KFC visible depuis l'espace, 18 novembre 2006, (page consultée le 7 avril 2007), <http ://www. pcinpact. com/actu/news/32827-KFC-Google-maps. htm>
  20. Sur-la-Toile. com, KFC fait peur aux extra-terrestres, 17 novembre 2006, (page consultée le 7 avril 2007), <http ://www. sur-la-toile. com/mod_News_article_2512___. html>
  21. Stratégies. fr, KFC prend de la hauteur, 16 novembre 2006, (page consultée le 7 avril 2007, <http ://www. strategies. fr/archives/1434/page_38753/>
  22. <http ://www. kfc. com/facefromspace/default. asp>
  23. FAS Online, Just What Eastern China's Consumers Ordered, 14 octobre 2004 (page consultée le 7 juillet 2007) <http ://www. fas. usda. gov/info/agexporter/1997/July%201997/fastfood. html>
  24. AC-Franchise, KFC Kentucky Fried Chicken, (page consultée le 7 avril 2007), <http ://www. ac-franchise. com/annuaire_franchise/annu_fiche. asp?&action=view&tableid=Annu_fr&aid=1156>
  25. L'Observatoire de la Franchise, KFC, <http ://www. observatoiredelafranchise. fr/creation-entreprise/franchise-kfc-kentucky-fried-chicken-695. htm>
  26. Dossier de presse de KFC France
  27. Capital, décembre 2007.
  28. Site officiel de KFC, Les dates-clés de KFC en France, (page consultée le 8 avril 2007), <http ://www. kfc. fr/decouverte/index. php?rub=22&page=origines>
  29. Observatoire de la franchise, Interview de Gilles Bœhringer, Directeur Développement & Franchise à KFC France, 14 mars 2007, <http ://www. observatoiredelafranchise. fr/interviews-kfc-kentucky-fried-chicken/interview-de-gilles-bœhringer-695-558. htm>
  30. L'Observatoire de la Franchise, KFC : des ouvertures à un rythme soutenu, 15 mars 2007, (page consultée le 7 avril 2007), <http ://www. observatoiredelafranchise. fr/indiscretions-actualite/KFC-KENTUCKY-FRIED-CHICKEN-kfc-des-ouvertures-a-un-rythme-soutenu-16316. htm>
  31. Stratégies. fr, KFC met les bouchées doubles, 7 décembre 2006, (page consultée le 8 avril 2007), <http ://www. strategies. fr/archives/1437/page_39578/>
  32. Stratégies. fr, Le panier, pour KFC, c'est tout ou rien, 28 septembre 2006, (page consultée le 8 avril 2007), <http ://www. strategies. fr/archives/1427/page_37251/>
  33. Biographie de Dave Thomas
  34. Site officiel de KFC, Les engagements qualité, (page consultée le 23 juin 2007), <http ://www. kfc. fr/qualite/faq. php>
  35. Stratégies. fr, Pamela s'affiche pour les poulets, 23 septembre 2004, <http ://www. strategies. fr/archives/1338/133801203/>
  36. M. M., «Le rat, meilleur ennemi du poulet», dans Stratégies, 15 mars 2007 [lire en ligne]
  37. Bladi. net, Scandale des rats, 1er mars 2007, (page consultée le 13 juin 2007), <http ://www. bladi. net/forum/93082-scandale-pizza-hut/>
  38. Mininiouze, New York : Des rats dans un restaurant KFC, 20 mars 2007, (page consultée le 13 juin 2007), <http ://www. mininiouze. com/New-York-Des-rats-dans-un. html>

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/KFC.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 18/11/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu